• Accueil
  • > Recherche : image personnage heros

Greg Grunberg intègre le Group Sex

3022008

Greg Grunberg intègre le Group Sex dans Non classé 5095095409es0Greg Grunberg (Matt) a débuté le tournage du film Group Sex le 28 janvier dernier. En plus de jouer dans cette comédie romantique, Greg agit également en tant que producteur. Group Sex suit les aventures d’un célibataire (Josh Cooke) qui décide de se faire passer pour un accro du sexe dans l’espoir de séduire la femme de ses rêves (Odette Yustman)…

Greg tient le rôle de Jerry, le meilleur ami du héros. A propos de son personnage, l’interprète de Matt dans Heroes déclare: « Jerry passe son temps à critiquer la fille dont son ami est épris… Sans doute parce que lui-même a un problème. »

Le reste du casting de Group Sex est composé de James Denton, Tom Arnold et Henry « Fonzie » Walker.




Santiago Cabrera dans la peau d’Aquaman ?

29112007

Santiago Cabrera dans la peau d'Aquaman ?  dans Non classé 00000392682007042317250ft6La célèbre Ligue des Justiciers va être adapté au cinéma par George Miller (les trois Mad Max, Happy Feet). Pour l’instant, on ne connaît pas encore officiellement le casting des super-héros mais selon certaines rumeurs émanant de cadres de la Warner, il semblerait qu’un ancien « Heroes » soit de l’aventure !

Santiago Cabrera (Isaac dans la première saison de Heroes) serait présenti pour jouer le rôle d’Aquaman ! Ce personnage de l’univers de DC Comics (comme le reste des super-héros composant la Ligue des Justiciers) est le roi de la cité sous-marine d’Atlantis. Il possède des capacités tel que: communiquer par télépathie avec toutes les formes de vie marine, rester en apnée, nager à une vitesse très rapide ainsi qu’une force physique surhumaine dans l’eau. Il peut également supporter d’intenses pressions marines et est sensible aux marées. Alors, Santiago troquera-t-il sa capacité de précognition contre toute cette impressionante panoplie de pouvoirs ? Réponse prochainement…

En attendant, si vous voulez en savoir plus sur la probable distribution, vous pouvez cliquer ici.




Interview de Jack Coleman par Ecran Large

4092007

Interview de Jack Coleman par Ecran Large  dans Non classé 40540sv2Le site internet Ecran Large vient de mettre en ligne l’interview qu’il a réalisé de Jack Coleman (Mr Bennet) à l’occasion de son passage à Paris pour le Heroes World Tour. La voici:

Vous avez fait du chemin depuis Dynastie jusqu’à Heroes aujourd’hui…

Effectivement, il s’agit de deux séries reposant sur un gros casting avec plusieurs intrigues. Même si j’ai passé de bons moments dans Dynastie, le personnage de Mr Bennet dans Heroes est autrement plus intéressant à interpréter.

C’est un personnage aux multiples facettes…

Tout à fait, c’est très amusant de jouer un méchant mystérieux, potentiellement dangereux et diabolique car on réserve toujours les meilleures répliques à ce type de personnage ! J’ai aimé le fait qu’il sache tout sur tout le monde.

(Attention Spoilers !) Ca n’a pas dû vous plaire qu’il devienne gentil…

Je n’aime pas penser en termes de bon ou méchant. Pour moi en tant qu’acteur, il est plus intéressant d’étudier les cotés clairs et obscurs d’un personnage. Mr Bennet est quelqu’un qui peut tour à tour se montrer sombre ou profondément attentionné quand il s’agit de sa fille Claire. J’aime cette dualité chez lui et la saison 2 montre bien à quelle vitesse ce basculement peut s’opérer. (Fin de l’alerte Spoilers)

Que feriez-vous si vous aviez un enfant doté de super pouvoirs ?

J’ai une fille de huit ans qui pense en avoir. Est-ce que ça compte ? (Rires). Tout dépend de quel point de vue on se place : pour moi Heroes est un vrai comic book, dans le sens où Tim Kring (le créateur de la série, NDR) a tenté de brasser différents thèmes de société, comme l’oppression des minorités, à travers ses supers héros qui voient autant leurs pouvoirs comme une bénédiction que comme un fardeau. On peut ainsi décider de les exposer en plein jour comme Hiro Nakamura ou les garder secrets comme Peter Petrelli.

N’est-ce pas aussi et surtout une série axée sur les personnages ?

C’est exactement ça, car si les super pouvoirs sont au coeur de l’intrigue, ils n’en représentent qu’une infime partie. Il s’agit avant tout de personnages amenés à faire des choix avec la découverte de leurs super pouvoirs. Il est d’ailleurs intéressant de les voir du point de vue de deux personnages qui n’en sont pas dotés : Mr Bennet et Mohinder Suresh.

Quel super héros aimeriez-vous être ?

Enfant, j’adorais Spider-Man, justement parce que tel que me le disait Jeph Loeb (scénariste de bandes dessinées ayant travaillé sur plusieurs épisodes de la série, NDR), Peter Parker est autrement plus intéressant que Spider-Man, et c’est justement l’essence même de Heroes. Ne jamais oublier qui est derrière le costume du super héros.

C’est la première fois dans l’histoire de la télévision qu’une série a droit à une tournée mondiale, pensez-vous que c’est à cause du caractère universel d’Heroes ?

Oui car la série insiste énormément sur le fait que partout dans le monde, les gens se rapprochent de plus en plus et se retrouvent connectés les uns aux autres. Il est question de sortir les gens des frontières qui les séparent et de les réunir. D’ailleurs Dennis Hammer évoquaient récemment les achats de la série à l’étranger. Un peu comme un groupe de musique qui part en tournée, pour se faire connaître un peu partout dans le monde, nous amenons la série aux gens et non l’inverse.

Justement, on peut voir avec la création des webisodes, spin offs et comics que la série tend à toucher différents supports…

Oui, nous sommes en train de changer la tradition du simple rendez-vous télévisuel notamment grâce à Internet qui joue un rôle clé dans ce processus.

Que regardez-vous à la télévision ?

Je regarde The Office, je suis devenu un grand fan de Ricky Gervais mais bizarrement je n’ai vu qu’un épisode de la série britannique alors que j’adore Extras ! J’aime beaucoup Dexter, je suivais avant religieusement Scrubs, que je ne regarde plus qu’occasionnellement maintenant. Je continue à regarder Les Sopranos. Cette série a changé radicalement le visage de la télévision. L’une des raisons pour laquelle Heroes est aussi sombre vient du désir des chaînes nationales de se calquer sur les modèles du câble en proposant des programmes de moins en moins aseptisés et plus addictif.

Quel super héros issu de la série auriez-vous aimé être ?

Dans le monde réel, je pense qu’être indestructible comme Claire peut toujours se révéler utile ! Même si la téléportation est un pouvoir génial, j’adorerais voler.

 

 

 




Interview de Jack Coleman par 20 Minutes

1092007

Interview de Jack Coleman par 20 Minutes  dans Non classé 43904309ie020 Minutes a réalisé une interview de Jack Coleman (Mr Bennet) à l’occasion de son passage à Paris lors du Heroes World Tour. La voici:

Les audiences de Heroes en France ont été décevantes, (20,1 % de PDM le 18 août, 28,9 % le 21). Comment l’expliquer ?

Certains s’attendaient peut-être à voir des super héros classiques. Les « Heroes » sont ordinaires, ils ne portent pas des costumes en Spandex. En plus, on peut mettre plusieurs épisodes à accrocher. Après, on est pris !

Il a été dit que la série amenait la culture « geek » au grand public…

C’est vrai, même si des films issus de cette culture comme Superman sont des blockbusters. La série cible les 30-45 plutôt que les jeunes. Ma femme ne connaît pas grand-chose à Star Trek, mais adore Heroes.

La saison 2, en septembre sur TF1, amène une flopée de nouveaux héros…

Oui, mais ce n’est pas juste une addition. Il y aura des interactions entre personnages. Il n’y aura pas trop de héros !




Retranscription de la conférence de presse du Heroes World Tour

30082007

Retranscription de la conférence de presse du Heroes World Tour dans Non classé 450954wk2Le site Fantasy a assisté à la conférence de presse organisée par TF1 à l’occasion du Heroes World Tour. Voici ce qui s’est dit:

Lors de la première saison, beaucoup de personnages meurent. Si vous deviez en ramener un à la vie, lequel choisiriez-vous ?

Dennis Hammer : J’adore la fille avec qui Hiro tombe amoureux, Charlotte. C’était un très bon personnage et une très bonne histoire. J’aimerais qu’elle revienne.
Jack Coleman : Pour ma part ce serait Isaac Mendes, l’acteur Santiago Carbera me manque beaucoup.
Hayden Panettiere : Pour moi ce serait une fille, Tawny Cypress, celle qui joue Simone Deveaux. J’aimerais en ramener plus mais je vais m’en tenir à elle. Rires.
Adrian Pasdar : Heu, oui, absolument… Tous. Si je pouvais les ramener tous !
Le final de la première saison est pour le moins explosif, pouvez vous nous révéler des indices sur la saison 2 ?
Hayden Panettiere
: La saison 2 commencera quatre mois après la fin de la précédente. C’est dur de ne pas déflorer l’intrigue étant donné qu’il reste 3 épisodes en France à ce jour… Disons qu’il va se passer beaucoup de choses dès les premiers épisodes et que les pièces du puzzle vont se mettre en place rapidement, surtout au niveau des personnages. Ces derniers vont se demander ce qu’il s’est passé pendant ces quatre mois.

Une question pour Adrian. Pensez-vous qu’il est difficile de travailler avec un sex-symbol tel que Milo que vous touchez beaucoup dans la série ?

Adrian Pasdar : [Il glisse furtivement sa main dans celle de Milo et répond] Pardon, quelle était la question ? Rires. [Il regarde Milo] Non, sans rire, c’est très dur de travailler tous les jours avec quelqu’un d’aussi charismatique, une telle magnitude et aussi de travailler avec les autres mecs ! Rires.

Pouvez-vous nous en dire plus à propos de la future série Heroes : Origins ?

Hayden Panettiere : [En se tournant vers le producteur] Oui dites nous en plus là-dessus !
Dennis Hammer : C’est une série prévue pour durer 6 épisodes. Chacun sera indépendant des autres sur tous les plans. L’histoire sera différente tout comme les héros. Le but est de les montrer au moment de l’apparition de leurs pouvoirs et de voir comment ils s’en sortent. A savoir également que chacun des épisodes sera écrit et réalisé par une personne spécifique à chaque histoire. Ce sera son point de vue. C’est une expérience nouvelle et fantastique. Kevin Smith va en écrire et en réaliser un, ainsi que d’autres personnes de talent, mais c’est top secret pour le moment… Nous sommes vraiment très excité par ce projet ! La diffusion se fera en mai 2008 aux Etats-Unis.

Milo, quel effet cela vous fait de tenir le sort du monde entre vos mains ?

Milo Ventimiglia : C’est un sentiment très agréable. Je sais que ce que Tim Kring et les autres ont voulu montrer que ce que nous faisons, nos actes, qui font la différence. Alors j’essaye au mieux de représenter ça aux yeux du monde entier et le Herores World Tour est parfait pour représenter le meilleur de nous-même.
Hayden Panettiere : Je suis d’accord avec Milo. C’est super de travailler tous les jours dans ces conditions. C’est un message pour le monde qui est véhiculé en disant que, réunis nous pouvons faire de grandes choses. Etre un héros ce n’est pas avoir des supers pouvoirs, être un héros c’est faire la différence en accomplissant ce qui nous tient à cœur.




Article Télérama sur Peter

18082007

Article Télérama sur Peter  dans Non classé b070816002377p1sv0Voici un article de Télérama consacré a l’homme eponge, Peter Petrelli. Voici ce qu’il dit:

Pendant tout l’été, chaque samedi, Télérama.fr se penche sur les pouvoirs bien particuliers d’un personnage de la série Heroes, diffusé sur TF1. Dernier de la liste: Peter Petrelli, l’infirmier qui peut copier les pouvoirs des autres.

C’est qui ?

Patient, à l’écoute, altruiste : Peter Petrelli avait toutes les qualités pour faire un bon infirmier. Jusqu’à ce qu’un samouraï du futur lui prédise une destinée encore plus intéressante : sauver le monde. Un défi que le jeune homme à la mèche enfantine est convaincu de pouvoir relever. Grâce à des capacités conséquentes : il peut reproduire le pouvoir des héros environnants. Il apprend donc à voler aux côtés de son grand frère Nathan. A peindre le futur en piquant le talent d’Isaac Mendez (et sa petite amie, au passage). A régénérer ses cellules à l’aide de Claire Bennett… Peter aurait pu enrichir ce catalogue à l’infini si une sérieuse menace n’était pas venue peser sur ses épaules : dans un rêve prémonitoire, il a vu son propre corps exploser dans une rue de New York, entraînant la mort de milliers de personnes.

Son pouvoir chez les autres

Le pouvoir de copier les autres héros est multiforme. Emprunt éphémère chez Black Alice, l’ado gothique de DC Comics, il nécessite un contact physique pour la mutante Malicia, des X-Men, qui absorbe en prime les souvenirs et la force de ceux qu’elle touche. L’androïde Amazo, créé par un savant fou employé par Lex Luthor (l’ennemi juré de Superman) a été doté de cette capacité pour battre les gentils super-héros avec leurs propres armes. Dommage pour lui, il attrape aussi leurs faiblesses. Même dans Heroes, Peter Petrelli n’est pas le seul à pouvoir cumuler plusieurs dons. Le méchant Sylar n’a qu’une obsession: s’emparer des pouvoirs des autres, en leur ouvrant le crâne avec son index laser. Seuls personnages de la série capables d’augmenter leur potentiel, Peter et Sylar sont, de fait, les plus puissants. Mais l’ex-infirmier aura quand même besoin d’alliés pour mener à bien sa mission.

L’avis du spécialiste : Roland Lehoucq, astrophysicien

 »Il est difficile de trouver dans le domaine de la physique des phénomènes aussi spontanés que la duplication de quelque chose par la seule proximité. Cela fait quand même penser aux lasers : dans ces machines à produire des faisceaux lumineux, les atomes sont dans un état particulier au point que, lorsqu’ils sont frappés par un photon, ils en émettent un autre spontanément. On a donc une émission de lumière identique à celle que l’on a envoyée. Là où il y avait un grain de lumière, il y a en désormais deux, qui deviennent quatre, puis huit, etc – cela s’appelle l’amplification optique. Dans le cas de Peter Petrelli, lorsqu’il s’approche d’un autre « héros », là où il y avait un pouvoir, il y en a désormais deux. L’analogie est donc possible ! »

Elisabeth Dien




Article Télérama sur D.L.

10082007

Article Télérama sur D.L. dans Non classé b070808002357p1ge4Voici un article de Télérama consacré à l’homme passe-muraille, D.L. Hawkins. Voici ce qu’il dit:

Pendant tout l’été, chaque samedi, Télérama.fr se penche sur les pouvoirs bien particuliers d’un personnage de la série Heroes, diffusé sur TF1. Aujourd’hui, D.L. Hawkins, qui a le don de traverser les murs.

C’est qui ?

Dans la famille des super héros, je demande le père ! D.L. Hawkins, qui a le pouvoir de passer à travers les surfaces solides, murs et obstacles en tous genres, n’est autre que le mari de Nikki, jolie schizophrène à la force surhumaine. Leur fils, Micah, est un petit génie qui parle aux machines et peut faire sortir des billets de n’importe quel distributeur. Forcément, ça fait de l’animation à la maison. Et D.L. a du mal à gérer tout ça. Ex ouvrier du bâtiment en galère, il a mouillé dans des combines louches pour arrondir les fins de mois, jusqu’à ce que le double maléfique de sa femme s’en mêle et l’envoie en prison. Mais essayez d’enfermer un passe muraille… Devenu criminel en cavale, D.L. Hawkins s’est empressé de regagner incognito le domicile familial, où l’ambiance est assez tendue depuis que Nikki/Jessica massacre ceux qui ont le malheur de l’énerver. Heureusement, D.L. n’est pas rancunier. Une seule chose compte pour ce voyou au cœur tendre : veiller sur son fiston et ramener le calme au sein de son foyer.

Son pouvoir chez les autres

Un superpouvoir rend-il la vie plus palpitante ? Si D.L. se voit plus en papa poule qu’en chef de gang, Monsieur Dutilleul, héros passe muraille d’une nouvelle de Marcel Aymé (incarné au cinéma par Bourvil), se contentait parfaitement de son existence paisible de petit fonctionnaire… avant que ses nerfs ne lâchent et qu’il décide de terroriser son supérieur, pour devenir le plus grand braqueur de banques de tous les temps ! Car c’est un avantage incontestable de ce pouvoir : une liberté sans entrave, même devant la loi. D.L l’a bien compris en utilisant ses capacités pour s’évader de prison, voire éviter les tirs de balles… Attention quand même aux effets pervers : la mutante Shadowcat, membre intérimaire des X-Men, est passée plusieurs fois à travers le plancher de sa maison, ou s’est soudainement retrouvée dans les égouts de la ville, avant de réellement maîtriser ce pouvoir.

L’avis du spécialiste : Roland Lehoucq, astrophysicien

« On passe facilement à travers un gaz. L’eau, c’est un peu plus difficile, il faut pousser, écarter les molécules d’eau qui ont un niveau d’interaction supérieur à celles du gaz. Et pour un solide, c’est encore plus compliqué. La manière la plus simple, c’est encore de briser ce solide ! Au niveau expérimental, on sait faire passer un gaz à travers un liquide – cela s’appelle le filtrage – ou un solide – c’est la diffusion, on utilise ce procédé pour enrichir l’uranium, par exemple. Un solide à travers un solide, c’est possible… sur une échelle de temps de plusieurs siècles. Ce n’est qu’à cette condition que l’on peut voir les atomes de la matière s’interpénétrer intimement. C’est dire si Hawkins est vraiment très fort. Car dans son cas, non seulement, il s’agit de matière vivante, mais en plus, il ne s’embarrasse pas du problème suivant : lorsqu’il traverse un mur, que devient le volume qu’il occupe ? »

Elisabeth Dien




Kevin Smith réalisera un film de super-héros

10082007

Kevin Smith réalisera un film de super-héros  dans Non classé 20070316smithle1Celui qui va réaliser le premier épisode de Heroes: Origins, le spin-off de Heroes, a annoncé qu’il mettrait très prochainement en scène un film de super-héros. Smith déclare:

« Je pense qu’au stade où j’en serai, au bout de mon dixième film, je serai prêt à mettre sur les rails un projet plus ambitieux visuellement. Ce dixième film sera, à mon avis, une adaptation de comic – néanmoins ce ne sera pas Le Frelon Vert. Nous sommes actuellement en cours de négociations pour un projet assez cool. Je ne sais pas encore vers quel public le film sera orienté mais je m’efforcerai de faire au mieux car c’est un personnage que j’ai toujours aimé. Je ne peux pas en dire plus car rien n’est bouclé pour le moment ! »

Le héros en question pourrait bien être Green Arrow… Il faut savoir qu’en l’an 2000, le réalisteur américain avait donner une seconde jeunesse au personnage en en faisant le protagoniste d’une nouvelle série de comics.




Déroulement du Comic-Con de San Diego 2007

29072007

Déroulement du Comic-Con de San Diego 2007  dans Non classé sdcc2007ou2

Tim Kring et toute son équipe de « Heroes » étaient de retour cette année au Comic-Con de San Diego pour présenter la seconde saison de la série.

Ont répondu présents: Hayden Panettiere (Claire), Masi Oka (Hiro), Sendhil Ramamurthy (Mohinder), Adrian Pasdar (Nathan), Milo Ventimiglia (Peter), Ali Larter (Niki), Noah Gray-Cabey (Micah), Zachary Quinto (Sylar), Greg Grunberg (Matt), James Kyson Lee (Ando), Jack Coleman (Mr Bennet) ainsi que la petite nouvelle de la bande, Dania Ramirez (Maya Herrera). En plus du casting, on pouvait bien sûr noter la présence de Tim Kring, Jeph Loeb (scénariste et producteur) et Tim Sale (artiste). A noter que Leonard Roberts (D.L.) manquait à l’appel, confirmant jour après jour les soupçons voulant qu’il ne participe pas à cette nouvelle saison. Autre chose notable: Adrian Pasdar a rasé l’énorme barbe qu’il portait depuis plusieurs mois (d’ailleurs, je le préfère sans Clin doeil).

4000 fans étaient présents à l’occasion de cet événement exceptionnel. L’ambiance était décontractée entre tous les membres de la distribution de Heroes. Greg Grunberg arborait un T-shirt « Milo est mon héros » tandis que Masi Oka portait un T-shirt « Hayden est mon héroïne ». Quant à Jack Coleman, son T-shirt disait « Je suis juste un représentant vendant du papier ».

L’événement Heroes a été l’occasion d’un jeu de questions / réponses où les acteurs sont revenus sur leurs souvenirs de tournage. Une première version de la couverture du comic-book a également été dévoilé.

A ensuite été abordé le DVD de la série (des jeunes femmes en tenue de pom-pom girls présentaient d’ailleurs le coffret à l’assemblée) puis le spin-off.

Dans la rubrique Spoilers, vous découvrirez l’arrivée d’un nouveau personnage. Cliquez donc ici pour en savoir plus à ce propos.

Pour finir, un teaser a été projeté. Nous pouvions y voir les éléments suivants (attention, spoilers !):

  • Hiro est piégé dans le passé
  • Nathan est barbu et semble avoir perdu la mémoire
  • Claire se coupe le petit orteil avec des ciseaux
  • Angela Petrelli qui semble reprocher quelque chose à Nathan
  • Sylar est toujours en vie
  • Peter est prisonnier dans une cage
  • Matt tire sur quelqu’un
  • Les présences d’Ando, Kensei et Kaito Nakamura
  • Des combats entre samouraïs
  • Une bataille en République Dominicaine
  • Claire est en fuite




Article Télérama sur Isaac

28072007

Article Télérama sur Isaac  dans Non classé b070727002328p1ct8Voici un article de Télérama consacré au peintre qui voit le futur, Isaac Mendez. Voici ce qu’il dit:

Pendant tout l’été, chaque samedi, Télérama.fr se penche sur les pouvoirs bien particuliers d’un personnage de la série Heroes, diffusé sur TF1. Aujourd’hui, Isaac Mendez, le prophète héroïnomane qui peint l’avenir…

C’est qui ?

Avec sa belle gueule de latino christique en manque d’héroïne, le peintre Isaac Mendez s’inscrit dans une lignée bien connue, celle des artistes maudits. Prophète de l’apocalypse, Isaac prédit l’avenir, et le transpose sur toile en grande giclée de couleurs nerveuses et flashys. La bombe que tous les autres héros de la série veulent désamorcer, il l’a vu avant tout le monde. Sachant rendre visible l’invisible, le personnage d’Isaac Mendez parvint ainsi à donner une certaine (haute) idée du pouvoir de l’artiste. En peignant le futur, c’est-à-dire ce qui n’existe pas, Isaac nous permet de nous représenter la peinture comme un acte de révélation, à la limite du magique. Lovecraft l’a déjà dit, seul le peintre peut faire « surgir du monde spectral dans lequel il vit, quelque chose d’équivalent à un décor véritable« . Qui a dit que la pop culture n’était pas didactique ?

Son pouvoir chez les autres

De Shining à la princesse Zelda, le don de précognition est un ressort banal dans la fiction. Le résumer ici nous condamnerait à ériger une bibliothèque de Babel, contrainte à l’inachevé. Quelques grandes figures sortent toutefois du lot. Dans la série « je suis artiste, je suis différent donc je souffre », Christopher Walken dans Dead Zone remporte le pompon. Parfait, comme toujours, Walken incarne dans ce film de Cronenberg, un être blafard littéralement bouffé par ses visions. Jusqu’à la mort. Dans un autre registre, les Jedis de Star Wars font eux aussi dans la prévision météo, entre autres, mais manque cruellement de ce sentiment prométhéen, pourtant si télégénique. Enfin, les crânes d’œuf précogs de Minority Report sont sûrement ce qui a été fait de mieux en matière de voyant blafard et repoussant. Capable de voir l’avenir, ils permettent aux policiers d’arrêter les criminels avant que ceux-ci aient pu accomplir leur crime. Véritable casse-tête pour éthicien, Minority Report, tiré d’une nouvelle de K. Dick, reste l’un des films les plus conceptuellement aboutis sur le don de prescience.

L’avis du spécialiste : Henri Broch, docteur en sciences

« A priori, le pouvoir de précognition se heurte à toute logique. En effet, si on peut prédire l’avenir, on peut aussi le modifier. Dans ce cas, notre prédiction n’est pas ce qu’il va survenir. Par exemple, si Isaac Mendez, ou n’importe qui d’autre, a la vision d’un tyran sanguinaire au siècle prochain, il suffit pour lui d’enrayer le problème en tuant le grand-père du tyran. Ce qu’il a prédit n’arrivera donc jamais. Ainsi, qu’elle soit grande prédiction, ou petite prédiction, la capacité de lire l’avenir se heurte à tout raisonnement. L’université d’Oxford, et le laboratoire de Zététique, ont de plus réussi à démontrer que plus une description est générale, plus les gens ont de chances de se reconnaître en elle. Autrement dit, énoncer quelque chose de flou, reviens à multiplier les chances d’être un voyant, c’est aussi simple que ça. Quant à l’acte de peindre, les scénaristes se sont sûrement inspirés des représentations habituelles des vaticinateurs de tout poil. Comme la boule de cristal, ou le marc de café, la peinture reste un support. Un support un peu moins ridicule que les autres, mais un support quand même. C’est l’équivalent de l’écriture automatique, lors de transes. »

 

Jean-François Mosca







series tv |
Call of NatSer - Prison Break |
images de winx pour toutes ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | STARGATE APOLLO
| Vive Naruto !
| vmcarleusienne