• Accueil
  • > Recherche : heroes pouvoirs personnages

Spoilers de Chuck Kim sur la saison 3 de Heroes

31072008

Chuck Kim, scénariste sur Heroes, a accepté de faire quelques révélations à Matt Mitivich de TV Guide sur la saison 3 ! On apprend ainsi:

 

  • que cette saison va entrer plus en détails sur la tentation d’utiliser ses pouvoirs à des fins obscures. Nous découvrirons de nouveaux « Villains ». Certains « Heroes » seront quant à eux peut-être tentés d’user de leurs dons à des fins peu louables…
  • il y aura de la romance cette saison !
  • un ou deux personnages seront de retour
  • Elle est bien de retour, pour un arc de plusieurs épisods. Adam fait lui aussi son comeback, et lorsqu’il sortira de la tombe où il est enfermé, il sera très en colère contre Hiro !



Tim Kring parle de la saison 3 de Heroes !

30062008

A l’occasion de la cérémonie des Saturn Awards 2008, Tim Kring (créateur de Heroes) a accepté d’en dire un peu plus sur la saison 3 !

Cette saison répondra aux questions existentielles de nos « Heroes »: « Qui suis-je ? Que m’est-il arrivé ? Comment s connecté ? D’où viennent mes pouvoirs ? Toutes ces questions redeviennent d’actualité et seront traitées d’une façon très intéressante dans ce volume. »

La saison sera composée de plusieurs volumes (comme pour les saisons précédentes) et le premier s’intitulera Villains (mais on le savait depuis quelques temps déjà !). Il jouera sur la dualité entre le Bien et le Mal. D’où l’accroche promotionnelle de cette saison: « Good will battle Evil, because in every hero, there could be a villain. »

Tim Kring a déclaré: « Vous allez voir beaucoup de bad guys. L’idée est de jouer sur l’ambigüité de nos personnages. tous ont reçus des pouvoirs qu’ils maîtrisent désormais. Reste à savoir ce qu’ils vont en faire… Ils auront le choix de prendre les décisions qui les entraîneront sur des chemins obscurs ou vers des fins héroïques. Chaque personnage devra faire face à ce dilemme. »

Et que les fans de Sylar se rassure ! Il fait bien partie intégrante de cette saison 3 !




Tim Kring admet les erreurs de ce début de saison

9112007

Dans une interview téléphonique qu’il a donné à Entertainment Weekly, Tim Kring, le créateur de Heroes, est revenu sur les « erreurs » de ce début de saison. Voici ce qu’il a dit:

  • Concernant le rythme trop lent de ce début de saison, il pensait que les fans de la série voulait la même chose que lors de la saison 1, soit un développement autour des personnages et de la découverte de leurs pouvoirs. Mais ce que les fans attendaient, c’était de l’adrénaline.
  • A propos de la menace du virus pour nos « Heroes », Kring admet que celle-ci aurait dû être annoncée plus tôt dans la saison (alors qu’elle n’est réelement introduite que dans l’épisode 7). Il déclare que « Nous avons attendu trop longtemps pour lancer l’histoire générale. »
  • Les intrigues amoureuses n’ont pas été des réussites. Le créateur de Heroes dit regretter que Claire soit tombée sous le charme d’un « super raté ». Quant à l’histoire d’amour de Hiro avec la princesse, Kring dit que notre « Heroes » japonnais n’aurait pas dû tomber amoureux d’une « nunuche ». D’ailleurs, à propos de l’aventure de Hiro dans le Japon médiéval, Kring déclare « qu’elle n’aurait du durer que trois épisodes. Nous n’avons pas donné assez d’intrigues au public pour justifier le temps que nous avons accordé à cette histoire. »
  • Les nouveaux personnages n’ont pas séduits les fans de Heroes. Maya, Alejandro et Monica « n’auraient pas du être introduits dans des histoires séparées des autres, donnant l’impression de ne pas être attachés à la série. La façon dont nous avons introduit Elle, en l’incorporant dans la ligne scénaristique de Peter, est une façon plus logique d’amener un nouveau personnage dans la série. »



Interview de Jack Coleman par Ecran Large

4092007

Interview de Jack Coleman par Ecran Large  dans Non classé 40540sv2Le site internet Ecran Large vient de mettre en ligne l’interview qu’il a réalisé de Jack Coleman (Mr Bennet) à l’occasion de son passage à Paris pour le Heroes World Tour. La voici:

Vous avez fait du chemin depuis Dynastie jusqu’à Heroes aujourd’hui…

Effectivement, il s’agit de deux séries reposant sur un gros casting avec plusieurs intrigues. Même si j’ai passé de bons moments dans Dynastie, le personnage de Mr Bennet dans Heroes est autrement plus intéressant à interpréter.

C’est un personnage aux multiples facettes…

Tout à fait, c’est très amusant de jouer un méchant mystérieux, potentiellement dangereux et diabolique car on réserve toujours les meilleures répliques à ce type de personnage ! J’ai aimé le fait qu’il sache tout sur tout le monde.

(Attention Spoilers !) Ca n’a pas dû vous plaire qu’il devienne gentil…

Je n’aime pas penser en termes de bon ou méchant. Pour moi en tant qu’acteur, il est plus intéressant d’étudier les cotés clairs et obscurs d’un personnage. Mr Bennet est quelqu’un qui peut tour à tour se montrer sombre ou profondément attentionné quand il s’agit de sa fille Claire. J’aime cette dualité chez lui et la saison 2 montre bien à quelle vitesse ce basculement peut s’opérer. (Fin de l’alerte Spoilers)

Que feriez-vous si vous aviez un enfant doté de super pouvoirs ?

J’ai une fille de huit ans qui pense en avoir. Est-ce que ça compte ? (Rires). Tout dépend de quel point de vue on se place : pour moi Heroes est un vrai comic book, dans le sens où Tim Kring (le créateur de la série, NDR) a tenté de brasser différents thèmes de société, comme l’oppression des minorités, à travers ses supers héros qui voient autant leurs pouvoirs comme une bénédiction que comme un fardeau. On peut ainsi décider de les exposer en plein jour comme Hiro Nakamura ou les garder secrets comme Peter Petrelli.

N’est-ce pas aussi et surtout une série axée sur les personnages ?

C’est exactement ça, car si les super pouvoirs sont au coeur de l’intrigue, ils n’en représentent qu’une infime partie. Il s’agit avant tout de personnages amenés à faire des choix avec la découverte de leurs super pouvoirs. Il est d’ailleurs intéressant de les voir du point de vue de deux personnages qui n’en sont pas dotés : Mr Bennet et Mohinder Suresh.

Quel super héros aimeriez-vous être ?

Enfant, j’adorais Spider-Man, justement parce que tel que me le disait Jeph Loeb (scénariste de bandes dessinées ayant travaillé sur plusieurs épisodes de la série, NDR), Peter Parker est autrement plus intéressant que Spider-Man, et c’est justement l’essence même de Heroes. Ne jamais oublier qui est derrière le costume du super héros.

C’est la première fois dans l’histoire de la télévision qu’une série a droit à une tournée mondiale, pensez-vous que c’est à cause du caractère universel d’Heroes ?

Oui car la série insiste énormément sur le fait que partout dans le monde, les gens se rapprochent de plus en plus et se retrouvent connectés les uns aux autres. Il est question de sortir les gens des frontières qui les séparent et de les réunir. D’ailleurs Dennis Hammer évoquaient récemment les achats de la série à l’étranger. Un peu comme un groupe de musique qui part en tournée, pour se faire connaître un peu partout dans le monde, nous amenons la série aux gens et non l’inverse.

Justement, on peut voir avec la création des webisodes, spin offs et comics que la série tend à toucher différents supports…

Oui, nous sommes en train de changer la tradition du simple rendez-vous télévisuel notamment grâce à Internet qui joue un rôle clé dans ce processus.

Que regardez-vous à la télévision ?

Je regarde The Office, je suis devenu un grand fan de Ricky Gervais mais bizarrement je n’ai vu qu’un épisode de la série britannique alors que j’adore Extras ! J’aime beaucoup Dexter, je suivais avant religieusement Scrubs, que je ne regarde plus qu’occasionnellement maintenant. Je continue à regarder Les Sopranos. Cette série a changé radicalement le visage de la télévision. L’une des raisons pour laquelle Heroes est aussi sombre vient du désir des chaînes nationales de se calquer sur les modèles du câble en proposant des programmes de moins en moins aseptisés et plus addictif.

Quel super héros issu de la série auriez-vous aimé être ?

Dans le monde réel, je pense qu’être indestructible comme Claire peut toujours se révéler utile ! Même si la téléportation est un pouvoir génial, j’adorerais voler.

 

 

 




Retranscription de la conférence de presse du Heroes World Tour

30082007

Retranscription de la conférence de presse du Heroes World Tour dans Non classé 450954wk2Le site Fantasy a assisté à la conférence de presse organisée par TF1 à l’occasion du Heroes World Tour. Voici ce qui s’est dit:

Lors de la première saison, beaucoup de personnages meurent. Si vous deviez en ramener un à la vie, lequel choisiriez-vous ?

Dennis Hammer : J’adore la fille avec qui Hiro tombe amoureux, Charlotte. C’était un très bon personnage et une très bonne histoire. J’aimerais qu’elle revienne.
Jack Coleman : Pour ma part ce serait Isaac Mendes, l’acteur Santiago Carbera me manque beaucoup.
Hayden Panettiere : Pour moi ce serait une fille, Tawny Cypress, celle qui joue Simone Deveaux. J’aimerais en ramener plus mais je vais m’en tenir à elle. Rires.
Adrian Pasdar : Heu, oui, absolument… Tous. Si je pouvais les ramener tous !
Le final de la première saison est pour le moins explosif, pouvez vous nous révéler des indices sur la saison 2 ?
Hayden Panettiere
: La saison 2 commencera quatre mois après la fin de la précédente. C’est dur de ne pas déflorer l’intrigue étant donné qu’il reste 3 épisodes en France à ce jour… Disons qu’il va se passer beaucoup de choses dès les premiers épisodes et que les pièces du puzzle vont se mettre en place rapidement, surtout au niveau des personnages. Ces derniers vont se demander ce qu’il s’est passé pendant ces quatre mois.

Une question pour Adrian. Pensez-vous qu’il est difficile de travailler avec un sex-symbol tel que Milo que vous touchez beaucoup dans la série ?

Adrian Pasdar : [Il glisse furtivement sa main dans celle de Milo et répond] Pardon, quelle était la question ? Rires. [Il regarde Milo] Non, sans rire, c’est très dur de travailler tous les jours avec quelqu’un d’aussi charismatique, une telle magnitude et aussi de travailler avec les autres mecs ! Rires.

Pouvez-vous nous en dire plus à propos de la future série Heroes : Origins ?

Hayden Panettiere : [En se tournant vers le producteur] Oui dites nous en plus là-dessus !
Dennis Hammer : C’est une série prévue pour durer 6 épisodes. Chacun sera indépendant des autres sur tous les plans. L’histoire sera différente tout comme les héros. Le but est de les montrer au moment de l’apparition de leurs pouvoirs et de voir comment ils s’en sortent. A savoir également que chacun des épisodes sera écrit et réalisé par une personne spécifique à chaque histoire. Ce sera son point de vue. C’est une expérience nouvelle et fantastique. Kevin Smith va en écrire et en réaliser un, ainsi que d’autres personnes de talent, mais c’est top secret pour le moment… Nous sommes vraiment très excité par ce projet ! La diffusion se fera en mai 2008 aux Etats-Unis.

Milo, quel effet cela vous fait de tenir le sort du monde entre vos mains ?

Milo Ventimiglia : C’est un sentiment très agréable. Je sais que ce que Tim Kring et les autres ont voulu montrer que ce que nous faisons, nos actes, qui font la différence. Alors j’essaye au mieux de représenter ça aux yeux du monde entier et le Herores World Tour est parfait pour représenter le meilleur de nous-même.
Hayden Panettiere : Je suis d’accord avec Milo. C’est super de travailler tous les jours dans ces conditions. C’est un message pour le monde qui est véhiculé en disant que, réunis nous pouvons faire de grandes choses. Etre un héros ce n’est pas avoir des supers pouvoirs, être un héros c’est faire la différence en accomplissant ce qui nous tient à cœur.




Interview de Dennis Hammer par Ecrans

30082007

Interview de Dennis Hammer par Ecrans  dans Non classé about_hammer-9647fA l’occasion de sa venue à Paris dans le cadre du Heroes World Tour, Dennis Hammer, co-producteur exécutif de la série Heroes, a accordé un entretien à Sébastien Delahaye, du site internet Ecrans. La voici:

Après des audiences plutôt décevantes cet été sur TF1, Heroes, série-phare de l’année passée aux Etats-Unis, s’apprête à démarrer sa deuxième saison sur NBC fin septembre. La série américaine, qui raconte le quotidien changé d’êtres humains se découvrant des pouvoirs extraordinaires, devrait pour l’occasion continuer à se multiplier : comics, blogs, sites parallèles, Alternate Reality Games (ARG, un jeu mélangeant histoire fictive et recherches sur le net et dans des lieux réels)… et dès la deuxième saison, Heroes devrait accueillir son premier spin-off (dérivé du concept original), Heroes : Origins, au printemps aux Etats-Unis, avec des réalisateurs issus du cinéma. Kevin Smith (Clerks, Dogma) devrait ainsi réaliser le premier épisode d’Origins.

A un mois du début de la diffusion de la deuxième saison, les producteurs d’Heroes ont d’ores et déjà remis en marche la machine à buzz, qui avait si bien fonctionné l’an passé. Première brique : le site Yamagato Fellowship, introduit par l’un des personnages-clef de la série (joué par George Takei, le Sulu de Star Trek). Le site présente, en anglais, plusieurs héros historiques ou mythologiques (Beowulf, Jason, Thor, Gauvain, Crazy Horse) et surtout Takezo Kensei, un samuraï japonais. Le site consacre à celui-ci un documentaire d’une vingtaine de minutes, découpé en cinq épisodes. Ce qui devrait servir d’introduction originale à un personnage qui, selon la rumeur, sera présent dans la deuxième saison d’Heroes.

Echaudés par le nombre de téléchargements illégaux de la première saison d’Heroes sur le net, TF1 et Universal ont conclu un accord pour la deuxième saison. 24 heures après la diffusion d’un épisode aux Etats-Unis, celui-ci sera visionnable en streaming sur le site de vidéo à la demande de TF1. Les épisodes seront proposés en version originale sous-titrée et coûteront entre deux et trois euros l’unité. Une mesure censée contrer le piratage de la série, en attendant le doublage en français de la saison 2.

Dennis Hammer, co-producteur exécutif de Heroes, était hier à Paris. Il a répondu à nos questions sur l’utilisation que fait Heroes d’Internet, et sur les évolutions de la télévision.

Heroes est l’une des premières séries à avoir autant utilisé le net. Il y a eu des comic-books, des blogs officiels (notamment celui de Greg Beeman, l’un des producteurs de la série) et même un ARG. Pourquoi une telle présence sur le net ?
Dennis Hammer : Le futur est en ligne. La télévision telle que nous la connaissons a changé. Nous devons trouver comment être prêts pour le prochain modèle économique, tout en continuant à fonctionner avec le modèle actuel de la télé. Et donc nous essayons de faire exister la série sur toutes sortes de plateformes différentes, pour être prêts si l’une d’elles se détache. A l’avenir, Heroes ne se regardera peut-être que sur Internet. Aujourd’hui, c’est déjà une des façons dont la série est diffusée. Nous savons qu’il y a beaucoup de monde qui ne la regarde pas du tout à la télévision. Ils en profitent sur le net, d’une façon ou d’une autre.

Pour la saison 2, qui commence fin septembre aux Etats-Unis, le principe reste le même ?
On ne veut pas en faire trop sur un média, on essaye surtout de réussir ce que nous faisons. Nous allons continuer à produire des ressources sur le net, avec les comics, les blogs, l’ARG… Nous travaillons aussi sur quelque chose que nous appelons des « webisodes », des épisodes diffusés uniquement sur le net, avec une histoire différente pour chacun. Il y aura cinq épisodes pour commencer, peut-être dix. Les webisodes introduiront de nouveaux personnages, qui n’existeront qu’online. Peut-être qu’ils intègreront la série ensuite. Peut-être pas… C’est quelque chose que nous n’avons pas encore décidé, et nous restons assez ouverts. Le premier webisode sera probablement diffusé au printemps. Mais on pourrait aussi les diffuser durant l’été, pour conserver notre audience entre deux saisons d’Heroes. Et une façon d’y arriver, c’est d’utiliser le net.

Sur le principe, les webisodes ressemblent un peu à Heroes : Origins, la mini-série spin-off que vous préparez ?
Pour le moment, Origins reste une série prévue pour la télévision. Il y aura six épisodes, chacun avec un personnage, une histoire et un réalisateur différents. Elle ressemblera un peu à une anthologie. Mais en dehors du fait que c’est une série différente des autres sur le principe, elle conserve un modèle économique traditionnel. Nous aurons bien quelques aspects online avec Origins, mais comme chaque épisode est différent, utiliser le net sera un peu plus difficile. Les comics sont plus appropriés dans ce cas.

Enormément de personnes ont regardé la série illégalement sur le net. Vous avez été surpris ?
Non ! (rires) Non, quand on s’intéresse à la télévision, c’est forcément quelque chose qu’on a vu venir. Et c’est arrivé très vite. C’est comme ça que ça marche. Dès que la technologie est apparue, elle a changé la façon de regarder la télévision. Maintenant, les gens regardent la télévision à la demande.

La série marche mal sur TF1 cet été. Pendant l’année, on trouvait sur le net des versions sous-titrées en français quelques heures après la diffusion de l’épisode aux Etats-Unis. Vous y voyez un rapport ?
Je ne sais pas si c’est vraiment la cause. Nous n’avons pas comptabilisé les téléchargements de la série sur le net, mais le chiffre devait être énorme. Une série comme Heroes requiert une certaine attention, un certain type de concentration qu’on n’a pas forcément en été, quand tout le monde a juste envie d’être dehors. Mais ceux qui regardent la série l’adorent, donc tout va bien. Nous sommes contents si la série est regardée, qu’importe le moyen. Les gens aiment Heroes. Surtout en France d’ailleurs.

En parlant de la France, un jeu vidéo Heroes a été annoncé en partenariat avec l’éditeur français Ubisoft…
C’est encore trop tôt pour en parler, d’autant que je ne suis pas exactement sûr de ce à quoi il ressemblera. Mais ce n’est pas pour tout de suite, le jeu est prévu pour fin 2008.




Article Télérama sur Peter

18082007

Article Télérama sur Peter  dans Non classé b070816002377p1sv0Voici un article de Télérama consacré a l’homme eponge, Peter Petrelli. Voici ce qu’il dit:

Pendant tout l’été, chaque samedi, Télérama.fr se penche sur les pouvoirs bien particuliers d’un personnage de la série Heroes, diffusé sur TF1. Dernier de la liste: Peter Petrelli, l’infirmier qui peut copier les pouvoirs des autres.

C’est qui ?

Patient, à l’écoute, altruiste : Peter Petrelli avait toutes les qualités pour faire un bon infirmier. Jusqu’à ce qu’un samouraï du futur lui prédise une destinée encore plus intéressante : sauver le monde. Un défi que le jeune homme à la mèche enfantine est convaincu de pouvoir relever. Grâce à des capacités conséquentes : il peut reproduire le pouvoir des héros environnants. Il apprend donc à voler aux côtés de son grand frère Nathan. A peindre le futur en piquant le talent d’Isaac Mendez (et sa petite amie, au passage). A régénérer ses cellules à l’aide de Claire Bennett… Peter aurait pu enrichir ce catalogue à l’infini si une sérieuse menace n’était pas venue peser sur ses épaules : dans un rêve prémonitoire, il a vu son propre corps exploser dans une rue de New York, entraînant la mort de milliers de personnes.

Son pouvoir chez les autres

Le pouvoir de copier les autres héros est multiforme. Emprunt éphémère chez Black Alice, l’ado gothique de DC Comics, il nécessite un contact physique pour la mutante Malicia, des X-Men, qui absorbe en prime les souvenirs et la force de ceux qu’elle touche. L’androïde Amazo, créé par un savant fou employé par Lex Luthor (l’ennemi juré de Superman) a été doté de cette capacité pour battre les gentils super-héros avec leurs propres armes. Dommage pour lui, il attrape aussi leurs faiblesses. Même dans Heroes, Peter Petrelli n’est pas le seul à pouvoir cumuler plusieurs dons. Le méchant Sylar n’a qu’une obsession: s’emparer des pouvoirs des autres, en leur ouvrant le crâne avec son index laser. Seuls personnages de la série capables d’augmenter leur potentiel, Peter et Sylar sont, de fait, les plus puissants. Mais l’ex-infirmier aura quand même besoin d’alliés pour mener à bien sa mission.

L’avis du spécialiste : Roland Lehoucq, astrophysicien

 »Il est difficile de trouver dans le domaine de la physique des phénomènes aussi spontanés que la duplication de quelque chose par la seule proximité. Cela fait quand même penser aux lasers : dans ces machines à produire des faisceaux lumineux, les atomes sont dans un état particulier au point que, lorsqu’ils sont frappés par un photon, ils en émettent un autre spontanément. On a donc une émission de lumière identique à celle que l’on a envoyée. Là où il y avait un grain de lumière, il y a en désormais deux, qui deviennent quatre, puis huit, etc – cela s’appelle l’amplification optique. Dans le cas de Peter Petrelli, lorsqu’il s’approche d’un autre « héros », là où il y avait un pouvoir, il y en a désormais deux. L’analogie est donc possible ! »

Elisabeth Dien




Article Télérama sur Niki

23072007

Article Télérama sur Niki  dans Non classé 4874389ur4fp0Voici un article de Télérama consacré à la super mère de famille, Niki Sanders. Voici ce qu’il dit:

Pendant tout l’été, chaque samedi, Télérama.fr se penche sur les pouvoirs bien particuliers d’un personnage de la série Heroes, diffusé sur TF1. Aujourd’hui, Claire Bennet, qui a le pouvoir de s’autorégénérer.

C’est qui ?

Tout le monde se trouve un jour ou l’autre confronté à ses propres démons. Le problème pour Nikki Sanders est que cela devient une activité quotidienne. Cette blonde longiligne aux faux airs d’Elodie Frégé, à la beauté froide et au regard de glace – un personnage très lynchien –, se découvre un alter-ego – Jessica – à la force herculéenne et aux penchants démoniaques. Une compagnie pas facile à apprivoiser quand on a, comme Nikki, passé jusqu’ici le plus clair de son temps à se limer les ongles sur le canapé du salon en attendant le retour de son voyou de mari ou à faire quelques strip-teases devant sa webcam. Mais une compagnie bien pratique quand même lorsque, comme dans le premier épisode de Heroes, deux molosses se pointent à la porte de sa maison pour récupérer l’argent qu’elle a eu le malheur de leur emprunter. Obligé de se soumettre à ses deux visiteurs, Nikki, inquiète, se sent prise au piège et voit déjà sa mort arriver. C’est alors que, dans le miroir, surgit Jessica, son alliée. Des bruits sourds de baston, puis le blackout total. Nikki se réveille des heures plus tard dans un bain de sang, ses deux convives littéralement trucidés, gisant sur le sol de son garage…

Son pouvoir chez les autres

Les personnages schizophrènes ou les doubles diaboliques jalonnent l’histoire de la littérature ou du cinéma d’épouvante. Rares, pourtant, sont ceux dont l’alter ego décomplexé est doté d’une force aussi impressionnante que celle de Jessica/Nikki. Dans le créneau, Hulk, le géant vert dopé aux rayons gamma a détient encore le titre de mortel le plus fort du monde. Par comparaison avec notre Nikki/Jessica, capable quand même d’envoyer valser son mari à plusieurs mètres ou de réduire en bouillie n’importe quel malfrats un peu rétif, les atouts d’Hulk sont écrasants : insensibilité au froid ou au chaud, régénérescence des tissus, détente de 925 mètres de hauteur et de 2,5km de long… Nikki/Jessica serait donc plus proche d’un Superman par exemple, même si notre blonde n’a pas encore prouvé son habilité au vol. Son avantage est plutôt d’avoir sous la main une sorte d’avatar-jumeau. Pour faire diversion ou créer la confusion, c’est quand même beaucoup mieux que de devoir passer un uniforme moulant (Spiderman, Batman et consorts) avant d’aller affronter les méchants. D’ailleurs, avouons-le, Nikki est quand même un héros autrement plus sexy que Hulk, par exemple. Et ça aussi, c’est un sacré pouvoir.

L’avis du spécialiste : Roland Lehoucq, astrophysicien

« Pour posséder une force surhumaine, il faut que les muscles soient capables de produire la puissance nécessaire au rythme qui convient. Par exemple, lorsque l’on tape sur une table, on donne un peu d’énergie à chaque fois. Si on la tapote mille fois, on ne risque pas de la briser. L’enjeu est donc de pouvoir mobiliser et dépenser cette énergie d’un seul coup. A condition d’avoir un organisme capable de supporter la charge. Pour soulever une voiture et la balancer, c’est mieux d’avoir les muscles de Superman, qui est trente ou quarante fois plus balèze qu’un homme ordinaire. On se demande souvent pourquoi une fourmi de 10mg peut porter des choses qui pèsent 1g, soit une masse cent fois supérieure à la sienne, et pourquoi nous, les humains, on ne peut pas porter l’équivalent (sept tonnes). Mais c’est une erreur de raisonnement : la force musculaire n’est pas proportionnelle à la masse, et quand on est dix fois plus lourd, on n’est pas dix fois plus fort. Dommage ! »

 

Jean-Baptiste Roch


trans dans Non classé

 

trans




Article sur Heroes dans Ca se passe com ça

17072007

Voici un article consacré à Heroes et publié dans le magazine gratuit Ca se passe com ça:

« Heroes » malgré nous !

« Certaines personnes sont nées pour être extraordinaires. » Et d’autres pour regarder leurs incroyables aventures à la télé. Voilà le contrat que propose Heroes, nouvelle série des samedis soir de TF1. La série qui a supplanté Lost dans les grilles de programmes aura-t-elle le même succès ?

« On pourrait être des héros, juste pour une journée. » chantait David Bowie. Un bon résumé pour cette série événement, diffusée cet été sur TF1. Créee par Tim Kring, jusqu’ici responsable du peu connu Preuve à l’appui, Heroes raconte l’histoire de personnages ordinaires découvrant qu’ils ont des pouvoirs extraordinaires et qui vont devoir se réunir pour vaincre une menace. On l’aura compris, loin du mystère systématique d’un Lost, du suspense insoutenable d’un 24 Heures ou du dynamitage des poncifs américain d’un Desperate Housewives, Heroes toutes les recettes qui fonctionnent en ce moment au grand public. Une grosse louche de super-héros (X-Men, Les 4 Fantastiques), un poil de découverte des super-pouvoirs (Smallville, Spiderman), des personnages sans aucun lien réunis par des événements étrangers (Les 4400)… Voilà un cocktail aussi riche qu’une pizza américaine, avec, en prime, une énième du théorie du complot (gouvernemental, cela va sans dire) pour rappeler à votre bon souvenir Prison Break, voir X-Files.

A -t-on vraiment besoin de vous préciser après tout ça que nos Heroes vont devoir sauver le monde ? Sans rien innover dans la façon de filmer, ni de raconter une histoire, la série fonctionne pourtant terriblement bien. Plus linéaire qu’un Lost qui frôle l’expérience mystique, Heroes est aussi très primaire: loin des pouvoirs de vedettes de comics, nos super-héros volent, voyagent dans le temps, lisent dans les pensées ou prévoient l’avenir. Autant de pouvoirs que chacun a pu rêver avoir un jour et qui facilitent l’attachement du spectateur. Et puis il y a l’inévitable super vilain, Sylar, doté d’un pouvoir simple mais démoniaque: il peut voler les pouvoirs des autres et les cumuler. Méga film de science-fiction pour ses fans, mini-série TV pour ses détracteurs qui dénoncent une deuxième moitié de saison un peu plan-plan et un final décevant, Heroes est pourtant plein d’avenir. Outre une seconde saison prévue pour septembre aux US, la chaîne annonce déjà une variante de la série, Heroes: Origins, qui présentera les pouvoirs d’un personnage chaque semaine.

Christophe Graciot




Qui est votre « Heroes » préféré ?

14072007

Voici le nouveau sondage proposé. Les personnages concernés sont ceux possédant des pouvoirs, ce qui expliquent la non présence de Mohinder, Ando ou encore Mr Bennet. Vous vous demanderez sûrement pourquoi parmi les choix proposés ne figurent pas l’Haïtien ou Charlie par exemple: c’est tout simplement parce que j’ai voulu me concentrer sur les personnages principaux de la série, voilà tout !

Soyez nombreux à y répondre ! emoticone







series tv |
Call of NatSer - Prison Break |
images de winx pour toutes ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | STARGATE APOLLO
| Vive Naruto !
| vmcarleusienne